Symphonie automnale

Aujourd’hui 
J’ai vu une symphonie

J’ai entendu le jaune, le brun, le rouge
Se fondre en harmonie 

Un petit vent battait la mesure
Ou était-ce la pluie ?
Je n’en suis plus très sûre

Un souffle de mystère
Planait sur cet inédit concert
Sublimé par une brume légère 

L’ai-je rêvé ? L’ai-je vu ?
La question est secondaire…
Et mes sens emplis et repus
De cette douceur saisonnière 

Lucile Green

Comment écrire sur l’automne sans évoquer le merveilleux poème que Guillaume Apollinaire lui a dédié :

Automne

Dans le brouillard s’en vont un paysan cagneux
Et son boeuf lentement dans le brouillard d’automne
Qui cache les hameaux pauvres et vergogneux

Et s’en allant là-bas le paysan chantonne
Une chanson d’amour et d’infidélité
Qui parle d’une bague et d’un coeur que l’on brise

Oh! l’automne l’automne a fait mourir l’été
Dans le brouillard s’en vont deux silhouettes grises

Guillaume Apollinaire, Alcools, 1913

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.