Symphonie automnale

Aujourd’hui 
J’ai vu une symphonie

J’ai entendu le jaune, le brun, le rouge
Se fondre en harmonie 

Un petit vent battait la mesure
Ou était-ce la pluie ?
Je n’en suis plus très sûre

Un souffle de mystère
Planait sur cet inédit concert
Sublimé par une brume légère 

L’ai-je rêvé ? L’ai-je vu ?
La question est secondaire…
Et mes sens emplis et repus
De cette douceur saisonnière 

Lucile Green

Comment écrire sur l’automne sans évoquer le merveilleux poème que Guillaume Apollinaire lui a dédié :

Automne

Dans le brouillard s’en vont un paysan cagneux
Et son boeuf lentement dans le brouillard d’automne
Qui cache les hameaux pauvres et vergogneux

Et s’en allant là-bas le paysan chantonne
Une chanson d’amour et d’infidélité
Qui parle d’une bague et d’un coeur que l’on brise

Oh! l’automne l’automne a fait mourir l’été
Dans le brouillard s’en vont deux silhouettes grises

Guillaume Apollinaire, Alcools, 1913

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.