La voix, ce don précieux

Si le silence est d’or, je vous le dis haut et fort, je fais pourtant le choix de la voix.
Criée, chantée, parlée ou à peine murmurée, elle est fil de vie, reflet d’une indivualité, d’une personnalité, porteuse d’un message habité. Petit ruisseau limpide d’une grande clarté ou torrent boueux, rauque et rocailleux, la voix exprime et s’exprime.
Que les mots empruntés masquent la réalité, cachent la vérité, la voix elle ne ment pas.
Elle a sa propre tonalité, son rythme, sa volubilité. Contre sa volonté, il arrive parfois qu’elle trahisse notre émoi. Ne lui en voulons pas car la voix est avant tout, croyez moi, fidèle servante. Une pensée naissante ? Elle assure la bande passante. Elle nous sert au mieux, malgré sa fragilité. Il faut alors accepter qu’un courant d’air puisse la casser, une émotion la faire trembloter, un choc l’étrangler. Les jours de disgrâce, il arrive hélas, que la voix déraille. Malgré notre désarroi, abandonnons toute idée de représaille.
Chère voix, ma voix, que ferais-je sans toi ? Je prends conscience aujourd’hui que tu es une fidèle amie.
Ensemble, que de chemin parcouru : des gazouillis de nourrisson, aux premiers mots d’enfant, du verbe adolescent, aux paroles de femme, de maman.
Ensemble, nous avons chanté, quand j’étais enjouée. Toi majestueuse, moi heureuse.
Ensemble, nous avons parlé, discouru, convaincu, soutenu.
Que de mots prononcés au fil des années, mots amoureux, mots chaleureux, mots audacieux, mots respecteux, pour les jours heureux. Ces mots, les graver je veux, dans ma tête, dans mon cœur.
Malheureusement, il y eut également des mots graves, des mots durs, des mots amères ou peu sincères. Ceux-ci, ma voix, oublions-les. Je sais que tu m’as déjà pardonnée pour cet usage si indigne de toi, si peu délicat.
Maintenant que je sais cette chance de t’avoir à mes côtés, précieuse alliée, magique instrument dont un dieu m’a dotée, je vais savourer ce don, ce présent. Comment, me demandes-tu ?
Je m’engage à faire de toi bon usage. Fini la cacophonie, vive l’harmonie. Adieu dissonances, ensemble nous allons vivre une renaissance, honorer ta présence.
Que les mots qui sortent de ma bouche désormais soient heureux et harmonieux, bienveillants et inspirants, aimants et confiants.
A travers toi, ma voix, que mon âme s’exprime humblement, librement, sincèrement. Alors je crois bien qu’à nous deux, ne serait-ce qu’un petit peu, nous contribuerons à un monde plus heureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.